Cérémonie de Main d’Orula

idde orula La cérémonie de consécration de la main d’Orula est connue comme Ikofafun (ou Kofa) quand c’est une femme qui la reçoit et Awofaca s’il s’agit d’un homme. Il y a une autre différence : la femme reçoit un ikin (ou deux, selon l’odu sortant) pendant que l’homme reçoit 19 ikines, mais la liturgie des deux cérémonies est similaire avec de petites différences selon les familles religieuses. Cette cérémonie ne peut être menée que par des babalawos, les prêtres d’Ifa, qui sont les plus hauts représentants de la religion.

La cérémonie est fondée sur le pacte entre Iku et Orunmila qui a comme but d’éloigner Iku (la mort) de tous les fils de Orunmila. Ce pacte ainsi que l’histoire du idefa (bracelet) d’Orunmila apparaissent dans différents odus d’Ifa comme Ogbe Fun Funlo, Oshe Fu et Oyekun melli entre autres.

La cérémonie dure trois jours et les rites de la liturgie sont secrets raison pour laquelle nous ne pouvons pas les détailler ici, mais nous vous expliquons les principes fondamentaux :

Premier jour de la cérémonie :

– D’abord on procède à expliquer à égun (les ancêtres) ce qu’on est en train de faire et demander leur approbation.

– Après, avec l’omiero préalablement préparé, on réalise le « lavage » afin de consacrer les attributs qu’on va remettre pendant qu’on prie et on chante la liturgie qui correspond.

– Le sacrifice des animaux à plumes qui vont être utilisés pour donner à manger aux orishas guerriers : Eleggua, Oggun, Oshosi et Osun ainsi que Orula.

Deuxième jour de la cérémonie :

– Appelé le « jour du milieu ». Normalement est une journée de repos mais il y a certaines branches  religieuses qui préfèrent réaliser ce jour-ci la « rogacion de cabeza » des personnes qui vont recevoir Orula le lendemain.

Troisième jour de la cérémonie :

– On commence par donner la noix de coco à égun (les ancêtres) et on continue avec la cérémonie de salutation au soleil, appelée « nangareo », afin d’expliquer à Olorun ce que l’on va faire ce dernier jour et demander la bénédiction du soleil et des astres.

– Les babalawos qui dirigent la cérémonie réalisent la divination avec les ikines de Orula.  Cette opération s’appelle « atefar ». Cela sert à déterminer les odus ou signes d’Ifa qui vont identifier la personne dans cette religion. A partir de ce moment, le nom de la personne dans la religion sera le nom de l’odu ou signe d’Ifa qui est sorti pendant la cérémonie de Ikofafun ou Awofaca. Après les babalawos procèdent à déterminer par le même processus l’ange gardien ou orisha tutélaire de la personne.

– Les babalawos lisent le « ita » ou prophétie avec les conseils qui l’accompagnent et qui dérivent des signes sortis.

– La dernière étape de la cérémonie est la remise des attributs d’Orula (on peut aussi recevoir les orishas guerriers en même temps, si on ne les avait pas avant) ; le babalawo met le ide (bracelet) à la main gauche et le collier d’Orula fait de perles jaunes et vertes qui distingue les personnes qui on suivi cette cérémonie et qui indique à Iku (la mort) qu’elle ne doit pas prendre la personne avant son heure ; on reçoit des indications afin de pouvoir s’occuper des objets rituels reçus ; on choisi le deuxième parrain ou oyugbona de main d’Orula parmi les différents babalawos (il en faut au minimum trois pour réaliser cette cérémonie). Le parrain principal est celui qui a dirigé la cérémonie.

2009 - 2016 © SANTERIA.FR
FrenchSpainEnglish