Les règles de conduite des santeros (1)

règles conduite Les codes de conduite des santeros sont fondés sur la tradition et la pratique religieuse des oloshas, iyaloshas, babaloshas, oriates et babalawos qui ont été conservées et développées à Cuba à partir de l’héritage culturel des esclaves Yorubas.

A partir des refrains des différents signes, tant du diloggun que des odús de Ifá, ainsi que le code éthique qui apparaît dans le odu Ika Fun de Ifá, les religieux ont compilé un ensemble d’idées et de formes de conduite qui peuvent être appliquées aux personnes qui appartiennent au système religieux de Oshá-Ifá.

Il ne s’agit pas de commandements mais de règles morales qui servent à structurer les relations humaines et réussir à ce que l’individu atteigne l’harmonie et l’équilibre qu’il cherchait en s’initiant en Oshá-Ifá. L’initiation a comme but d’atteindre un niveau spirituel supérieur, ce qui oblige à réaliser une dépuration, des sacrifices et à forger le caractère. Pour aider à tout cela, les règles de Oshá-Ifá sont très utiles. Dans différents articles on va résumer quelques-unes de ces règles de conduite:

– Avant de procéder à l’initiation, le pratiquant non initié doit aller chez le parrain ou la marraine, qu’il aura lui même choisi, et amener une assiette, deux noix de coco, deux bougies et une certaine quantité d’argent qui dépend de chaque maison de saint et il doit tout déposer devant l’ange gardien du parrain ou marraine. Il devra décider avec eux, le moment où l’on donnera de la noix de coco à l’ange gardien du parrain ou de la marraine pour savoir s’il accepte le néophyte.

– Le parrain ou la marraine ne sont pas obligés de réaliser cette cérémonie et ils peuvent la refuser sans donner d’explications, bien qu’ils puissent en donner une s’ils le veulent.

– Le parrain ou la marraine doivent enquêter sur le futur initié, avant la cérémonie d’initiation, pour savoir s’il réunit les qualités humaines nécessaires et si sa conduite est l’appropriée, car n’importe quelle négligence ou mauvaise conduite de sa part, nuirait le prestige et l’autorité du parrain ou de la marraine et retomberait directement sur les membres de la famille religieuse.

– Il est accepté que le futur initié soit présent au moment de donner la noix de coco à l’ange gardien du parrain ou de la marraine, ainsi que plusieurs témoins afin de certifier la validité de la cérémonie.

2009 - 2016 © SANTERIA.FR
FrenchSpainEnglish