Les salutations dans la santeria

salutationOn appelle foribale ou moforibale à la salutation directe aux orishas ou à un iworo (santero) qui a été initié. Cette salutation est très importante pour les iyawos (nouveaux initiés) au début de leur initiation aux orishas mais n’importe quelle personne qui a reçu les elekes (colliers) peut réaliser cette salutation.

Le mot foribale ou moforibale signifie littéralement « placer la tête par terre ». Cela fait référence au fait de se prosterner devant l’orisha, aussi connu comme « se jeter devant l’orisha » ou « la salutation du santero ».

Les iworos, c’est-à-dire les santeros, sont aussi salués de la même façon parce qu’ils ont subi le rituel d’initiation de Kari Osha ou Yoko Osha, qui consiste à couronner l’orisha sur la tête. Ainsi, au moment de la salutation au santero, la personne salue l’orisha qui vit à la tête de l’iworo et pas l’être humain. C’est un acte de respect envers l’orisha qui doit se réaliser chaque fois que la personne se présente devant les orishas, devant un santero quand on visite son temple ou avant le début d’une cérémonie. Pendant cette salutation l’iworo donnera la bénédiction des orishas et plus particulièrement celle de son ange gardien à la personne que le salue en se prosternant devant lui sur une natte.

Chaque fois qu’il y a une cérémonie, la première chose que fait un initié en elekes est saluer les orishas. Cela ne doit jamais se faire sans la présence d’un iworo car c’est le santero qui doit aider la personne à se lever du sol après lui avoir donné la bénédiction.

Après la salutation à l’orisha, l’initié en elekes se jettera devant la personne qui lui a donné la bénédiction pendant qu’elle était face aux orishas. Après, elle devra saluer ses parrains de la même façon et continuer avec tous les prêtres présents par ordre d’ancienneté dans la religion (une personne âgée de 15 ans peut avoir 10 ans d’ancienneté d’Osha). Les jeunes santeros saluent aussi les plus ainés de la même façon, en commençant par les parrains car on cherche aussi la bénédiction de l’orisha tutélaire.

Rendre foribale, moforibale o « se jeter » se fait de deux façons différentes selon que l’orisha tutélaire du santero qu’on salue soit masculin ou féminin. Si l’orisha est masculin (indépendamment que le santero soit homme ou femme), la personne se jette par terre à plat ventre, le visage contre le sol et les bras collés aux flancs du corps. Si l’orisha est féminin (comme Oshun, Yemaya ou d’autres divinités du panthéon yoruba), la personne se jette par terre sur le côté, d’abord du côte gauche en s’appuyant sur le coude et après elle doit se tourner vers le côte droit. Une fois que l’initié en elekés a rendu foribale et qu’il a été béni ou « levé » du sol, il devra saluer l’iworo en croissant ses bras sur la poitrine et en s’approchant vers lui il doit dire: « bénédiction » ou « ashé ». Alors, il s’inclinera d’abord vers la gauche et après vers la droite en touchant ses épaules avec celles du santero. Une fois qu’il a fini de saluer tous les santeros, les initiés en elekes peuvent se saluer entre eux en croissant les bras sur la poitrine, mais sans dire « ashé » ou « bénédiction » car eux ils ne sont pas encore des prêtres.

Saluer un babalawo ou « père des secrets » est un cas particulier. La personne doit les saluer en s’inclinant et en touchant le sol avec la pointe des doigts de la main droite, pendant qu’elle dit « iboru, iboya, ibosheshé ».

Un autre cas particulier est celui d’un prêtre d’Oshosi, qui salue ses aînées (dans la religion) en mettant un genou à terre, la main droite croisée sur la poitrine, la main gauche derrière le dos et la tête inclinée. Cette salutation montre que la personne est un fils ou une fille du grand chasseur Oshosi, car elle évoque d’une certaine manière un chasseur à genoux.

email
  • About post
posted on 28 juin 2012
in Santeria
tagged , , ,
2009 - 2014 © SANTERIA.FR