La transe dans la religion yoruba

transe La transe est un état de conscience passager, transitoire. L’individu en transe est plongé dans une sorte d’égarement, ses facultés sont intensifiées, il se dépasse lui-même, il se libère de lui-même. La transe est dans la plupart des cas liée à la musique qui la déclenche mais qui l’entretient aussi par le rythme. Il existe différents types de transe, selon le type de possession.

La transe du chaman est un voyage volontaire de l’homme chez les esprits dont il est l’intermédiaire. Dans la possession, la communication entre le visible et l’invisible s’opère dans l’autre sens: c’est l’esprit qui visite les hommes et la transe est involontaire.

Dans les cultes africains, la transe est considérée comme un phénomène ordinaire, comme une manifestation de la présence des dieux car le dieu devient un personnage vivant qu’on peut interpeller.

La possession à travers la transe est une partie importante de la religion yoruba. Pendant un « bembé » ou fête de tambours dédié aux orishas, l’un d’entre eux peut être amené à y participer et entrer dans le corps d’une des personnes qui a été initiée à cet orisha. On dit que cette personne est « montée » par l’orisha ou que l’orisha « est descendu » du ciel pour être parmi nous.

Les chansons, les rythmes et les danses sont une façon de demander aux orishas de « descendre » et de bénir les participants de la fête avec leurs conseils ou par sa simple présence. Quand un orisha décide de se servir de l’un de nos corps pour se manifester, c’est un grand moment de joie partagée.

Les orishas « montent » très rarement un « aleyo » ou personne qui n’a pas été initiée à la religion et si c’est le cas, cela peut indiquer que cette personne doit être initiée comme prêtre ou prêtresse. Tout ce processus n’est pas imposé aux personnes ni en aucun cas il s’agit de quelque chose de démoniaque comme on a l’habitude de voir au cinéma. Si quelqu’un n’est pas prêt, l’orisha est demandé de s’éloigner jusqu’à ce que la personne soit préparée.

Tous ceux qui ont eu l’expérience d’être touchés ou « montés » peuvent raconter les profonds sentiments de joie et de sagesse qui accompagnent la présence de ces êtres spirituels connus comme orishas.

2009 - 2016 © SANTERIA.FR
FrenchSpainEnglish