Les Bakongo à Cuba

bakongo nkisi  Voici un résumé de comment les traditions bantoues du règne de Manikongo (les Bakongo) sont arrivées à Cuba et comment elles se sont transformées avec le temps. Grand nombre de rituels se sont perdus mais il reste encore un culte à Nzambi et aux esprits de la nature assez ressemblant à celui de l’Afrique Bantoue.

Un groupe assez nombreux d’esclaves appartenant à différents clans Bakongo du règne de Manikongo arriva sur l’île de Cuba ainsi que sur d’autres îles caribéennes dans les navires des entreprises européennes. Une fois débarqués à différents endroits de l’île de Cuba, des centaines de Congo, Ngola et Cabinda furent amenés aux plantations de canne à sucre, de café et de tabac. Ce furent eux, qui recomposèrent en hommage aux neuf règnes sacrés de Manikongo, les neuf premiers Zinkisi (ou Nkisi) qui donnèrent naissance à beaucoup d’autres. C’est ainsi qu’ils sont arrivés à développer à partir des ngangas originales, les premiers fondements des règles de Palo Monte à Cuba.

Deux des ngangas se trouvaient dans la province de Pinar del Rio, une autre à La Havane, deux à Matanzas, une à Santa Clara, une autre à Camagüey et les deux dernières à Santiago de Cuba (l’Oriente).

Les deux nkisi de Pinar del Rio s’appelaient Ndumbo Anzinga et Mananga. Le premier nkisi a été composé à la fin du XIXème siècle et appartenait à Saturnino Gomez, descendant d’un esclave du domaine Ingenio Santa Teresa, fondé en 1827, dans la contrée de San Diego de Nuñes, Bahia Honda.

Le deuxième nkisi servait aux esclaves Congo de l’exploitation La Candelaria de San Francisco Javier Pedroso, aux alentours de 1806. La ferme était contiguë à la Sierra del Cuzco et dans ses terres, où de nos jours se situe le village de La Candelaria, se trouve la Loma de Juan Nganga, du nom d’un esclave très connu qui prépara cette nganga. La nganga reçut le nom de Manawanga o Mariwanga, qui correspondait à la divinité propriétaire des éclairs et des tourbillons connue comme Matamba, Centella Ndoki, identifiée avec l’Orisha Oya des Yorubas et syncrétisée avec la Vierge de la Candelaria des catholiques.

2009 - 2016 © SANTERIA.FR
FrenchSpainEnglish