Santeria : Le 8 septembre est le jour de Oshun

Oshun est un Orisha féminin qui fait partie du groupe des Orishas de tête (Ce qui veux dire qu’elle se reçoit par la tête). Elle représente l’intensité des sentiments et de la spiritualité, de la sensualité humaine et liée à celle-ci, la délicatesse, la finesse, l’amour et de sa féminité irradient la douceur.

Elle protège les femmes enceintes et celle qui accouches. Elle se présente comme une belle et généreuse femme, gaie, souriante mais intérieurement, elle peut être sévère, souffrante et triste. elle représente la rigueur religieuse et symbolise une punition implacable.


C’est la seul qui parvient au pieds d’Olofin pour implorer pour les êtres de la terre. Dans la nature, il est symbolisé par les rivières. C’est l’Apetebi (la compagne religieuse) de Orunmila.

Elle est lié aux bijoux, aux ornements corporels et à l’argent. Elle aime les parfums, les perles, les peignes, le maquillage, les poudres, les miroirs, comme la femme coquette qu’elle est.

Elle est la déesse d’une rivière qui porte son nom au Nigeria. On raconte qu’elle vivait dans une grotte qui existe toujours à Ijesa, au Nigeria, au nord du Nil. Elle était la deuxième femme de shangó.

Au Nigeria, Elle est vénéré dans de nombreuses régions du Yorubaland et c’est dans la ville d’Osogbo où sa rivière passe, qu’elle compte le plus grand nombre de croyants. Le nom de Osogbo vient de l’union d’Oshun et d’Ogbo.

C’est parcequ’elle a sauvé cette ville que son roi lui a donné son nom. En Afrique, son messager est le crocodile. Ses partisans lui apportent des offrandes à la rivière pour lui demander ses faveurs.
Oshun est l’Orisha de l’eau douce et de la rivière. Son nom vient de Yorùbá Osún.

Elle a sauvé le monde en volant comme un vautour à tête rouge (ibú kolé), elle a également parlé avec Olofin, quand Olokun a envoyé le déluge.

lorsqu’on le reois comme Orisha, il faut faire une cérémonie à la rivière au moins 5 jours avant. Comme récompense pour avoir sauvé le monde, tous les Iyawó avant de couronner Osha Akua Kua Lerí doivent aller à la rivière pour lui présenter son respect et lui offrir l’Ochinchi et lui donner l’Obí.

Elle se syncrétise avec à la Vierge de la Charité du Cuivre, patronne de Cuba. Son nombre est le 5 et ses multiples.
Sa couleur est jaune dans toutes ses nuances.

Elle se salue avec cette prière : yalodde yeyé kari! Yeyeo! Omoriyeyeo!

Ifalade

Santeria.fr

2009 - 2016 © SANTERIA.FR
FrenchSpainEnglish